Hotline Doc.

ID
Voici l'identifiant à indiquer au conseiller du service
documentation de Batiactu lors de
votre appel
(En France métropolitaine, tarif habituel de votre opérateur, non surtaxé).
Confirmer l'appel
Télécharger le DTU expliqué en PDF

Le DTU 20.1 expliqué pour vos travaux d'ouvrages en maçonneries

Résumé de la NF DTU 20.1
Retrouvez le DTU 20.1 expliqué et décrypté en pdf par nos experts pour mieux vous accompagner dans la mise en œuvre de vos chantiers.

Travaux de bâtiment - Ouvrage en maçonnerie de petits éléments - Parois et murs (Indice de classement : P10-202)
Publications techniques Retrouvez le DTU 20.1 expliqué et décrypté en pdf par nos experts pour mieux vous accompagner dans la mise en œuvre de vos chantiers.

Travaux de bâtiment - Ouvrage en maçonnerie de petits éléments - Parois et murs (Indice de classement : P10-202) Présentation
Ce résumé reprend les grandes lignes du DTU pour la mise en oeuvre des murs en briques, en blocs de béton ou en béton cellulaire. Il est découpé en 3 parties. La première partie définie les règles communes à tous les murs et parois en fonction de la nature des matériaux utilisés. La partie 2 correspond aux clauses spéciales. La partie 3 définit les dispositions constructives minimales en fonction de l'exposition à la pluie et au vent, ainsi que le classement des murs (classes de I à IV). Le présent résumé porte principalement sur les parties 1 et 3.

Note : les cas particuliers ne sont pas repris dans le présent résumé, référez- vous au DTU complet pour plus de détails. Nous rappelons que l'ensemble des points définis dans le DTU sont importants et doivent être respectés. Nous ne présentons ici quelques-uns des points généraux qui ont retenus notre attention. Ce document n'est nullement limitatif, seul le DTU dans son ensemble pouvant être pris en considération pour la réalisation d'ouvrages.

Où s'applique la NF DTU 20.1
La NF DTU s'applique pour l'ensemble des parois et murs en maçonnerie de petits éléments :

- on parle de 'mur porteur' lorsqu'il participe à la stabilité du bâtiment, on parle de 'Maçonnerie de remplissage' ou de 'Maçonnerie de façade non porteuses' lorsque le mur n'a pas de fonction porteuse, mais simplement de remplissage ;

- on parle de 'parois simples' pour des murs en maçonnerie apparentes, non doublées. Exemples de murs à paroi simple :

- on parle de 'murs doubles', lorsque le mur est constitué de deux parois parallèles séparées par une lame d'air et, éventuellement, d'un isolant. Les deux parois sont reliées entre elles par des attaches. La paroi intérieure, en béton ou en maçonnerie, est porteuse. La paroi externe, non porteuse, est en maçonnerie ;

- on parle de 'murs composites', lorsque le mur est constitué par plusieurs matériaux principaux (enduits non compris), solidarisés de façon continue par un mortier

- on parle de 'murs de soubassement' pour les parties enterrées enduites ou non.


Mise en oeuvre
En partie courante, le décalage des joints verticaux de 2 assises successives doit être au moins égal au tiers de la longueur de l'élément, de préférence de sa moitié.
Le montage des éléments de maçonnerie peut être de différents types :
- montage à joints épais (épaisseur du joint entre 0,8 et 3 cm) ;
- montage à joints minces (épaisseur du joint entre 1 et 3 mm). Le mortier est réparti sur les blocs avec un outil spécifique en fonction du matériau et de sa largeur pour faire l'encollage en une seule passe ;
- montage à joints semi épais (épaisseur du joint entre 3 et 10 mm), uniquement pour des maçonneries apparentes non porteuses ;
- montage à joints interrompus et à joints multiples (épaisseur du joint entre 0,8 et 3 cm). Dans tous les cas, la largeur de chaque bande de mortier doit être &#8805; à 30 mm et le total des largeurs des bandes de mortier ne doit pas être < à 40 % de l'épaisseur du mur.
Le type de mortiers pour le hourdage dépend du type de joint et de la nature des matériaux.

Le classement des murs en fonction de l'exposition à la pluie et au vent
Le type de mur doit être en adéquation avec l'exposition à la pluie et au vent afin de garantir l'étanchéité à l'eau de pluie de la paroi.
Un mur n'est pas étanche seul, il est nécessaire de lui adjoindre différents revêtements pour rendre le mur étanche ou imperméables.

Les critères d'exposition de la paroi Le type de mur doit être réalisé en fonction de différents critères d'exposition afin de garantir l'étanchéité à l'eau de pluie de la paroi :
- situation de la construction (en ville, en campagne, en bord de mer, etc.) ;
- hauteur de la paroi au-dessus du sol (< 6 m, entre 6 et 18 m, etc.) ;
- protection contre le vent (abrité, non abrité, front de mer).

Les classements des murs en fonction de leur résistance à la pluie
Les murs sont classés pour leur résistance à la pluie en fonction :
- des différents éléments constituant la paroi ;
- de l'isolation thermique associée à la paroi (répartie, par l'extérieur, par l'intérieur).

Les murs isolés par l'intérieur ou à isolation répartie sont classés de I à IV.

Les murs de type I
C'est le moins efficace, il ne dispose d'aucun élément spécifique permettant de s'opposer au passage de l'eau jusqu'au parement intérieur du mur. L'étanchéité à l'eau est liée à la nature de la paroi pour absorber l'eau.
Un mur du type I est un mur sans revêtement étanche sur son parement extérieur et sans coupure de capillarité dans son épaisseur. C'est le cas, par exemple, pour les murs dans lesquels la paroi en maçonnerie reste apparente ou est complétée :
- côté extérieur par un enduit non imperméable ou pouvant se fissurer ou un revêtement mural collé ;
- côté intérieur par un enduit, ou un isolant hydrophile directement appliqué sur la paroi.



Téléchargez en pdf le DTU 20.1 expliqué
Les murs de type II
Un mur du type II est un mur ne comportant aucun revêtement étanche en extérieur mais comportant, dans son épaisseur, une coupure de capillarité continue. Le mode de réalisation de la coupure de capillarité définit 2 sous catégories : les type 'IIa' et 'IIb'.
Dans le type IIa la coupure de capillarité est constituée en paroi intérieure par des panneaux isolants non hydrophiles, la paroi extérieure est identique aux murs de type I.



Dans le type IIb, la coupure de capillarité en paroi intérieure est constituée par une lame d'air continue, la paroi extérieure est identique aux murs de type I.



Les murs de type III
Les murs du type III sont des murs dans lesquels la paroi extérieure en maçonnerie, non protégée par un revêtement étanche, est doublée par une seconde paroi séparée de la première par une lame d'air continue, à la base de laquelle sont prévus des dispositifs de collecte et d'évacuation vers l'extérieur des eaux d'infiltration éventuelles.
Ce dispositif peut être réalisé avec un système étanche formant une gouttière, et rejetant vers l'extérieur des eaux collectées au moyen d'exutoires ou d'espaces ménagés entre 2 éléments pour des maçonneries apparentes.



Les murs de type IV
Les murs de type IV sont des parois dont la face extérieure est protégée par un revêtement étanche (bardage).



Note : Lorsqu'un isolant est placé entre le revêtement et la maçonnerie, le mur est considéré comme un mur isolé par l'extérieur, nous parlerons alors de classes XI à XIV selon l'efficacité du système d'isolation et de la paroi support.

Les murs de type XI
Un mur de type XI ne comporte pas de disposition permettant s'opposer à la pénétration de l'eau de pluie jusqu'au parement intérieur. Le système d'isolation et la paroi sont considérés comme perméables à l'eau.

Les murs de type XII
Dans un mur de type XII, le système d'isolation à lui seul n'est pas suffisamment étanche à l'eau et la paroi support vient compléter cette étanchéité. Un mur de type XII comporte :
a) soit un système d'isolation capable de s'opposer au cheminement de l'eau de pluie vers l'intérieur ;
b) soit une paroi en maçonnerie pouvant empêcher de faibles quantités d'eau de pénétrer vers l'intérieur.

Les murs de type XIII
Dans un mur de type XIII, le système d'isolation à lui seul n'est pas suffisamment étanche à l'eau. Un mur de type XIII comporte :
a) soit un système d'isolation par l'extérieur dont la peau extérieure n'est pas totalement étanche à l'eau de pluie, mais derrière laquelle est disposée une lame d'air continue permettant la récupération et l'évacuation des eaux d'infiltration ;
b) soit un système d'isolation par l'extérieur s'opposant au cheminement de l'eau par capillarité et par gravité, mis en œuvre sur une maçonnerie suffisamment imperméable pour s'opposer au cheminement de l'eau qui pourrait l'atteindre accidentellement.

Les murs de type XIV
Dans un mur de type XIV, l'étanchéité n'est assurée que par la peau extérieure du système d'isolation. La solution classique est le bardage rapporté à recouvrement avec isolation.


Retrouvez l'intégralité des DTU expliqués téléchargeables en pdf ici : utiles à votre métier grâce à BatiChiffrage. Assisté d'un logiciel de chiffrage, gagnez du temps et des compétences au quotidien.
Plus d'information sur BatiChiffrage et les DTU





Les DTU expliqués sont des documents qui simplifient la compréhension des DTU et décryptent les usages dans leur globalité. En aucun cas, ils ne se substituent à la réglementation et aux règles précisément présentées dans les NF DTU édités par l'AFNOR et le CSTB. Ces DTU expliqués ne sauraient engager la responsabilité de Batiactu Groupe.



Téléchargez en pdf le DTU 20.1 expliqué
Produits concernés par ce DTU expliqué




Optima murs
Isolation des murs - Isover

En savoir plus




Le DTU 20.1 expliqué pour vos travaux d'ouvrages en maçonneries Batichiffrage
Hotline Doc.X
19-43-73
Voici l'identifiant à indiquer au conseiller du service
documentation de Batiactu lors de
votre appel
(En France métropolitaine, tarif habituel de votre opérateur, non surtaxé).
Confirmer l'appel

Présentation


Ce résumé reprend les grandes lignes du DTU pour la mise en oeuvre des murs en briques, en blocs de béton ou en béton cellulaire. Il est découpé en 3 parties. La première partie définie les règles communes à tous les murs et parois en fonction de la nature des matériaux utilisés. La partie 2 correspond aux clauses spéciales. La partie 3 définit les dispositions constructives minimales en fonction de l'exposition à la pluie et au vent, ainsi que le classement des murs (classes de I à IV). Le présent résumé porte principalement sur les parties 1 et 3.

Note : les cas particuliers ne sont pas repris dans le présent résumé, référez- vous au DTU complet pour plus de détails. Nous rappelons que l'ensemble des points définis dans le DTU sont importants et doivent être respectés. Nous ne présentons ici quelques-uns des points généraux qui ont retenus notre attention. Ce document n'est nullement limitatif, seul le DTU dans son ensemble pouvant être pris en considération pour la réalisation d'ouvrages.

Où s'applique la NF DTU 20.1


La NF DTU s'applique pour l'ensemble des parois et murs en maçonnerie de petits éléments :

- on parle de 'mur porteur' lorsqu'il participe à la stabilité du bâtiment, on parle de 'Maçonnerie de remplissage' ou de 'Maçonnerie de façade non porteuses' lorsque le mur n'a pas de fonction porteuse, mais simplement de remplissage ;

- on parle de 'parois simples' pour des murs en maçonnerie apparentes, non doublées. Exemples de murs à paroi simple :

- on parle de 'murs doubles', lorsque le mur est constitué de deux parois parallèles séparées par une lame d'air et, éventuellement, d'un isolant. Les deux parois sont reliées entre elles par des attaches. La paroi intérieure, en béton ou en maçonnerie, est porteuse. La paroi externe, non porteuse, est en maçonnerie ;

- on parle de 'murs composites', lorsque le mur est constitué par plusieurs matériaux principaux (enduits non compris), solidarisés de façon continue par un mortier

- on parle de 'murs de soubassement' pour les parties enterrées enduites ou non.


Mise en oeuvre


En partie courante, le décalage des joints verticaux de 2 assises successives doit être au moins égal au tiers de la longueur de l'élément, de préférence de sa moitié.
Le montage des éléments de maçonnerie peut être de différents types :
- montage à joints épais (épaisseur du joint entre 0,8 et 3 cm) ;
- montage à joints minces (épaisseur du joint entre 1 et 3 mm). Le mortier est réparti sur les blocs avec un outil spécifique en fonction du matériau et de sa largeur pour faire l'encollage en une seule passe ;
- montage à joints semi épais (épaisseur du joint entre 3 et 10 mm), uniquement pour des maçonneries apparentes non porteuses ;
- montage à joints interrompus et à joints multiples (épaisseur du joint entre 0,8 et 3 cm). Dans tous les cas, la largeur de chaque bande de mortier doit être ≥ à 30 mm et le total des largeurs des bandes de mortier ne doit pas être < à 40 % de l'épaisseur du mur.
Le type de mortiers pour le hourdage dépend du type de joint et de la nature des matériaux.

Le classement des murs en fonction de l'exposition à la pluie et au vent
Le type de mur doit être en adéquation avec l'exposition à la pluie et au vent afin de garantir l'étanchéité à l'eau de pluie de la paroi.
Un mur n'est pas étanche seul, il est nécessaire de lui adjoindre différents revêtements pour rendre le mur étanche ou imperméables.

Les critères d'exposition de la paroi

Le type de mur doit être réalisé en fonction de différents critères d'exposition afin de garantir l'étanchéité à l'eau de pluie de la paroi :
- situation de la construction (en ville, en campagne, en bord de mer, etc.) ;
- hauteur de la paroi au-dessus du sol (< 6 m, entre 6 et 18 m, etc.) ;
- protection contre le vent (abrité, non abrité, front de mer).

Les classements des murs en fonction de leur résistance à la pluie
Les murs sont classés pour leur résistance à la pluie en fonction :
- des différents éléments constituant la paroi ;
- de l'isolation thermique associée à la paroi (répartie, par l'extérieur, par l'intérieur).

Les murs isolés par l'intérieur ou à isolation répartie sont classés de I à IV.

Les murs de type I
C'est le moins efficace, il ne dispose d'aucun élément spécifique permettant de s'opposer au passage de l'eau jusqu'au parement intérieur du mur. L'étanchéité à l'eau est liée à la nature de la paroi pour absorber l'eau.
Un mur du type I est un mur sans revêtement étanche sur son parement extérieur et sans coupure de capillarité dans son épaisseur. C'est le cas, par exemple, pour les murs dans lesquels la paroi en maçonnerie reste apparente ou est complétée :
- côté extérieur par un enduit non imperméable ou pouvant se fissurer ou un revêtement mural collé ;
- côté intérieur par un enduit, ou un isolant hydrophile directement appliqué sur la paroi.

Résumé de la NF DTU 20.1


Téléchargez en pdf le DTU 20.1 expliqué


Les murs de type II
Un mur du type II est un mur ne comportant aucun revêtement étanche en extérieur mais comportant, dans son épaisseur, une coupure de capillarité continue. Le mode de réalisation de la coupure de capillarité définit 2 sous catégories : les type 'IIa' et 'IIb'.
Dans le type IIa la coupure de capillarité est constituée en paroi intérieure par des panneaux isolants non hydrophiles, la paroi extérieure est identique aux murs de type I.



Dans le type IIb, la coupure de capillarité en paroi intérieure est constituée par une lame d'air continue, la paroi extérieure est identique aux murs de type I.



Les murs de type III
Les murs du type III sont des murs dans lesquels la paroi extérieure en maçonnerie, non protégée par un revêtement étanche, est doublée par une seconde paroi séparée de la première par une lame d'air continue, à la base de laquelle sont prévus des dispositifs de collecte et d'évacuation vers l'extérieur des eaux d'infiltration éventuelles.
Ce dispositif peut être réalisé avec un système étanche formant une gouttière, et rejetant vers l'extérieur des eaux collectées au moyen d'exutoires ou d'espaces ménagés entre 2 éléments pour des maçonneries apparentes.



Les murs de type IV
Les murs de type IV sont des parois dont la face extérieure est protégée par un revêtement étanche (bardage).



Note : Lorsqu'un isolant est placé entre le revêtement et la maçonnerie, le mur est considéré comme un mur isolé par l'extérieur, nous parlerons alors de classes XI à XIV selon l'efficacité du système d'isolation et de la paroi support.

Les murs de type XI
Un mur de type XI ne comporte pas de disposition permettant s'opposer à la pénétration de l'eau de pluie jusqu'au parement intérieur. Le système d'isolation et la paroi sont considérés comme perméables à l'eau.

Les murs de type XII
Dans un mur de type XII, le système d'isolation à lui seul n'est pas suffisamment étanche à l'eau et la paroi support vient compléter cette étanchéité. Un mur de type XII comporte :
a) soit un système d'isolation capable de s'opposer au cheminement de l'eau de pluie vers l'intérieur ;
b) soit une paroi en maçonnerie pouvant empêcher de faibles quantités d'eau de pénétrer vers l'intérieur.

Les murs de type XIII
Dans un mur de type XIII, le système d'isolation à lui seul n'est pas suffisamment étanche à l'eau. Un mur de type XIII comporte :
a) soit un système d'isolation par l'extérieur dont la peau extérieure n'est pas totalement étanche à l'eau de pluie, mais derrière laquelle est disposée une lame d'air continue permettant la récupération et l'évacuation des eaux d'infiltration ;
b) soit un système d'isolation par l'extérieur s'opposant au cheminement de l'eau par capillarité et par gravité, mis en œuvre sur une maçonnerie suffisamment imperméable pour s'opposer au cheminement de l'eau qui pourrait l'atteindre accidentellement.

Les murs de type XIV
Dans un mur de type XIV, l'étanchéité n'est assurée que par la peau extérieure du système d'isolation. La solution classique est le bardage rapporté à recouvrement avec isolation.


Retrouvez l'intégralité des DTU expliqués téléchargeables en pdf ici : utiles à votre métier grâce à BatiChiffrage. Assisté d'un logiciel de chiffrage, gagnez du temps et des compétences au quotidien.
Plus d'information sur BatiChiffrage et les DTU






Les DTU expliqués sont des documents qui simplifient la compréhension des DTU et décryptent les usages dans leur globalité. En aucun cas, ils ne se substituent à la réglementation et aux règles précisément présentées dans les NF DTU édités par l'AFNOR et le CSTB. Ces DTU expliqués ne sauraient engager la responsabilité de Batiactu Groupe.



Téléchargez en pdf le DTU 20.1 expliqué


Produits concernés par ce DTU expliqué






PlacoPhonique
Plaque pour isolation phonique - Placo

En savoir plus









Optima murs
Isolation des murs - Isover

En savoir plus






Fabricant

Batichiffrage
Batichiffrage Batichiffrage

Édité par Batiactu Groupe, BatiChiffrage est la 1ère base de données de chiffrage des travaux du BTP avec : - plus de 80 000 travaux chiffrés avec fourniture et pose - plus de 70 000 utilisateurs - des bases de prix " métier " pour les...

Création d'alerte email

Votre Alerte Nouveautés Produits
Pour être informé dès la mise en ligne d'un nouveau produit.

Créez votre alerte

Les autres publications de ce fabricant

Le DTU 20.1 expliqué pour vos travaux d'ouvrages en maçonneries
Batichiffrage
Télécharger le DTU expliqué en PDF
EspaceEspaceEspace